top of page
  • Bien Vivre à l'Hautil

Enquête publique en cours sur un projet routier néfaste pour la santé et le cadre de vie

Nous émettons un avis défavorable sur ce projet de route express, consistant en 2 fois 2 voies, qui va passer entre autres par le nouveau Pont de Triel. Ce projet du département, hélas, ne va pas dans le sens d’un avenir plus serein, bien au contraire.

  • Les créations de nouveaux axes ont toujours vu augmenter le trafic de véhicules, selon les nombreuses études effectuées sur ce sujet.


Ici, le circuit des véhicules circulant entre Cergy et Poissy emprunterait un nouveau pont dont l’une des piles serait installée sur l’Ile de la Dérivation à Carrières-sous-Poissy, puis le tracé routier traverserait la boucle de Chanteloup pour passer par le Pont de Triel.


Le vrai projet à terme est de relier Cergy à l’A13 et à l’A14 via Achères, Chanteloup, Triel puis Orgeval. C’est en fait un axe structurant comme le présente le SDY 2020 - schéma des déplacements des Yvelines - aux pages 58 et 59 avec comme numéros des projets, les : 1, 19, 20, 6, 22 et 18, puis un peu plus loin le projet 21a.


Ce dossier global a été divisé par l’autorité publique en plusieurs dossiers bien séparés afin de ne pas devoir organiser une grande consultation du public - via la Commission nationale du Débat public - ni des études plus contraignantes pour le maître d’ouvrage, le département, prenant en compte l’ensemble des paramètres cumulés.

  • Des travaux à fort impact

Ceci est très problématique. En effet chacun des tronçons qui constituent à terme ce grand projet demandera de gros travaux, détruira la biodiversité locale, entraînera des flux de matériaux. Ce dernier point dégagera des poussières toxiques dans notre plaine polluée.


Il coupera les trames vertes, corridors écologiques reliant le massif forestier de l’Hautil au fleuve, et obérera la trame bleue. Il pose un problème sur les flux hydrauliques avec les ouvrages cumulés prévus sur la Seine.

  • Un trafic multiplié

Enfin ce projet entraînera une augmentation des flux de véhicules supplémentaires. Ils sont estimés dans un premier temps à 40 000 véhicules/jour, puis environ 120 000 lorsque le projet global sera achevé.

  • Des pollutions permanentes en forte augmentation à l’avenir

Cette augmentation sera subie par la population des communes environnantes qui subiront des pollutions atmosphériques, sonores et visuelles. De plus les villes seront à leur tour engorgées par ce trafic supplémentaire qui arrivera dans leurs centres respectifs.

  • Un investissement des deniers publics mal positionné

En ces temps de dérèglements climatiques et de pertes énormes de biodiversité, cet investissement phénoménal dans de nouvelles routes devrait être mieux utilisé. Il s’agirait d’entretenir les routes existantes, de créer des circuits de bus plus adaptés et plus fréquents, des pistes cyclables, des parkings sécurisés pour les vélos dans les gares, des parkings suffisants et gratuits pour les véhicules, etc.


  • A saluer : le travail des associations

Elles ont toutes motivées leur avis, et plus particulièrement celle du COPRA 184 (la n°114) sur le trafic induit et celle de FNE-IDF et de 3 associations ( n°127) qui a parfaitement souligné les enjeux de santé publique.

Nous demandons au commissaire-enquêteur d’émettre un avis défavorable à ce projet soumis à enquête publique.

Notre contribution est enregistrée sous le n°236


109 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page