top of page
  • Vincent Di Sanzo

Chemin des Picardes, un dialogue est-il possible ?

Dernière mise à jour : 10 oct. 2023

Dans le courrier de démenti concernant le Chemin des Picardes, courrier publié par M. le Maire sur sa page Facebook personnelle, il nous est reproché d'user d'arguments fallacieux au sujet de la « bétonisation d'un chemin forestier » et de la « mise en place d'un éclairage en pleine forêt ».


Les informations de notre pétition proviennent pourtant de documents officiels.


1) Le règlement de consultation de l'appel d'offre (avis de marché 2023MT02), qui est un document public accessible à tous depuis internet, stipule page 3, « réalisation de voies douces en enrobé, béton désactivé ou stabilisé ». Le dossier de consultation des entreprises (DCE) stipule « voie douce et bateaux d'accès en enrobés noirs » et « voie douce en béton désactivé ».


Il n'y a donc rien de fallacieux dans nos propos.


Le courrier de démenti de M. le Maire précise que cet aménagement consiste en une « voie verte et non une simple piste cyclable » et qu'une « voie verte répond à des critères environnementaux très stricts dont la réalisation d'un sol stabilisé composé de matériaux naturels et nobles sans béton ou enrobé ».


Ces informations apportent malheureusement confusion et contre-vérité.


Le règlement de consultation de l'appel d'offre utilise indifféremment les termes de piste cyclable et de voie verte. Le titre même du document est « Création d'une piste cyclable ». On peut donc constater que la confusion est réelle au sein même des documents officiels.


La contre-vérité est plus ennuyeuse car elle s'appuie sur une information erronée. Par définition, une voie verte peut être réalisée en enrobé (bitume), en béton désactivé ou en stabilisé. L'Association Française pour le développement des Véloroutes et des Voies Vertes (AF3V) recommande pour les voies vertes l'utilisation d'enrobé qui représente, selon elle, le meilleur compromis usage, durée de vie et impacts sur l'environnement. Il est donc faux d'écrire qu'une voie verte doit être réalisée sans béton ou enrobé.


Il va de soi que pour nous, l'usage d'enrobé ou de béton ne change rien au problème, l'un ou l'autre n'ont pas leur place dans la forêt de l'Hautil. Toutefois, nous sommes heureux du revirement de M. le Maire au profit du stabilisé.


2) Parler de la « mise en place d'un éclairage en pleine forêt » n'a rien de fallacieux puisqu'il est bien prévu un éclairage (64 candélabres exactement) et que le chemin passe en pleine forêt. Pour le reste, même si on utilise un « éclairage de proximité à déclenchement automatique » on ne voit pas en quoi cet équipement est de nature à respecter la biodiversité. Certes en éclairant moins on diminue les impacts mais, là où ce n'est pas nécessaire le meilleur moyen reste de ne pas éclairer du tout. Combien de personnes utilisent le chemin des Picardes la nuit pour regagner l'Hautil ou Triel ? A quelle fréquence ? Même en pleine journée les 3 kilomètres de distance et la pente à 15% suffisent à décourager la plupart d’entre nous. La nécessité d’éclairer ne saute pas aux yeux. Même transformé en piste cyclable, le chemin des Picardes restera un chemin forestier et l'éclairage n'enlèvera rien au danger pour l'usager isolé la nuit en pleine forêt.


3) Le courrier de démenti évoque un « débat constructif auquel nous sommes naturellement ouverts ». L’absence de réponse à nos courriers et demandes de travail en concertation pour dialoguer sur cet aménagement nous laisse dubitatifs, toutefois nous restons disponibles pour participer à tout échange sur le sujet.


4) On nous accuse de « désinformation à des fins purement politiques ». Bien Vivre à l'Hautil agit depuis 40 ans pour défendre le cadre de vie des Hautillois et l'environnement. Notre association, composée de bénévoles qui œuvrent pour l'intérêt général, est totalement apolitique.


5) Le courrier de démenti de Monsieur le Maire évoque une hypothétique replantation d'arbres dans la forêt, confirmant là, mais sans jamais l'évoquer, l'abattage des arbres nécessaire à la réalisation de la piste cyclable. Celui-ci est bien réel puisqu'on lit dans le dossier de consultation entreprise (DCE) que « ce prix rémunère l'abattage de 299 sujets de tailles diverses, 75 sujets à élaguer en recherche de bois mort et 51 à abattre à cause d'un risque mécanique ». Avec donc au total un abattage de 350 arbres.


6) Un nouvel argument apparaît lors de ce courrier de démenti pour justifier la réalisation de cette piste cyclable : le maillage de bornes d'incendie et la mise en place de caméras thermiques pour prévenir les départs de feux avec un parallèle effectué avec les incendies de la forêt des Landes. En dehors du fait qu'aucune de ces informations n'apparait dans les documents d’appel d’offre concernant ce projet, il nous apparaît peu crédible de comparer la forêt des Landes à celle de l'Hautil. La forêt des Landes est composée essentiellement de résineux très inflammables là où ils sont quasi absents de la forêt de l'Hautil. Même si le risque zéro n'existe pas nous n'avons pas trouvé dans nos archives trace de nombreux incendies survenus dans la forêt de l'Hautil justifiant une telle surveillance ; nous savons par ailleurs que les camions de lutte contre les incendies hésitent à pénétrer dans la forêt en raison des risques d'effondrement.


En conclusion, rien dans ce courrier de démenti ne nous fait changer dans notre conviction que ce projet d'aménagement est inadapté. Et le revirement sur la nature du revêtement qui ne serait plus de béton mais du stabilisé non plus car la forêt de l'Hautil est un Espace Naturel Sensible (classée ENS en 1992). A ce titre il faut éviter une trop forte fréquentation qui serait préjudiciable à la faune et à la flore. Or y réaliser une voie verte conduira inévitablement à augmenter la fréquentation et donc à fragiliser ce milieu naturel.


Notre association, comme d’autres associations locales partenaires spécialisées en matière de vélo et d’environnement et de biodiversité, reste bien entendu disponible pour travailler réellement en relation avec l’équipe de la municipalité de Triel-sur-Seine sur tout aménagement visant à sécuriser les déplacements doux.


https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/betonnage-foret-hautil/217350






2 Comments


pascale.grandjany
Oct 13, 2023

Les arbres ont ils été coupés ? La mairie a t'elle fait un sondage pour connaitre le nombre de cyclistes qui emprunteraient ce chemin ? Quel est l'avis des habitants de l'hautil sur une telle décision ?.. Cette foret n'est elle pas dangereuse ?.. Je me souviens d'un drame qui s'est produit, il y a plusieurs années "pas à cet endroit,

" mais pas bien loin.." en haut de la cote de Chanteloup les vignes" en fait il y a eu un effondrement ; "un homme et son chien, vivants tous 2 dans une caravane" sur ce lieu ont étés entrainés dans cet éboulement.. Cette forêt est dangereuse !


Like

Unknown member
Oct 11, 2023

Il faut relayer la pétition à nos contacts, il ne faut plus laisser passer de telles décisions politiques. Ces élus se moquent de la planète et de la santé publique !

Like
bottom of page