top of page
  • vincentdisanzo

Chemin des Picardes : les associations sortent du bois ! Pourquoi ?

Ce matin la Marche contre l’artificialisation du Chemin des Picardes s’est déroulée dans une ambiance festive et conviviale.

Près de 300 participants étaient présents, dont 150 en haut de la colline (au milieu de ce parcours à fort dénivelé) d’après le comptage de l’organisateur. Les associations en soutien de la cause de la naturalité du Chemin des Picardes sont l’Adiv Environnement, Triel Environnement, Les Ecolibris Rive Gauche, Un Vélo qui roule et Bien Vivre à Vernouillet. D’autres associations ont rejoint le cortège de la Marche comme la LPO, Non au Pont d’Achères, le Collectif Capesa, Def’sit, et France Nature Environnement Yvelines.

La Sénatrice écologiste Ghislaine Senée, ancienne maire d’Evecquemont, s’est également déplacée ainsi que de nombreux participants amoureux de la nature et de notre forêt, Triellois et voisins.

 

A la fin de la Marche, sur la Place de la Mairie, un échange, parfois tendu, a eu lieu entre le maire et les participants. A la suite le Maire et un de ses adjoints, Gilles Gaillard, ont accepté le principe d’une réunion de concertation à organiser prochainement.




Pourquoi Bien Vivre à l’Hautil est sorti du bois


Un dialogue qui se fait attendre

  

Bien Vivre à l’Hautil (BVH) travaille depuis longtemps sur la sécurité routière à l’Hautil, et en faveur des pistes cyclables plus récemment afin de tenter de désenclaver le hameau sans augmenter les gaz à effet de serre.


Il y a 3 ans, notre maire, Cédric Aoun, a souhaité passer la vitesse de 30km à 50 km/h, et a présenté un rapport (DYNALOGIC) sur les aménagements à effectuer.


En effet, pour parvenir à augmenter les vitesses, il devait présenter des aménagements de sécurité. C’est ainsi que les pistes cyclables sont entrées en jeu. A l’Hautil, certaines ont été proposées en forêt avec « béton bitumineux et éclairage ».


BVH a indiqué sa ferme opposition à l’artificialisation des sols et à l’éclairage sur les chemins forestiers. L’association a effectué des propositions écrites en réponse au rapport présenté avec quelques priorités (dont la sécurisation d’un arrêt de bus dangereux face au Parc aux Etoiles).


Depuis lors, et à la suite de différentes prises de positions, rapports et évolutions concernant le projet du Chemin des Picardes, nous n’avons JAMAIS eu de réponse à nos propositions de dialogue, de travail en concertation …

Quelles raisons fondent notre opposition à cet aménagement projeté pour le Chemin des Picardes ?


Essentiellement écologiques 


Nous sommes dans un espace boisé classé (EBC)

  • Les sols boisés sont fragiles, et très précieux pour l’état des arbres et des forêts

  • Ils doivent conserver leur capacité d’absorption de l’eau

    • pour éviter les coulées de boue lors des phases de précipitations intenses en aval du massif

    • et pour assurer leur rôle de filtration de l’eau vers les nappes aquifères

  • Les sols forestiers en bon état constituent un très important puit de carbone

  • Les forêts supportent très mal les éclaircies depuis une vingtaine d’années en raison du réchauffement climatique. Les coupes entraînent des dépérissements d’arbres, ce que l’on voit très peu dans les forêts préservées avec des modes de gestion adaptés.Les replantations après de fortes coupes ne prennent pas bien du tout.

Or, nous avons besoin des forêts :

  • Pour la fabrication de l’oxygène

  • Pour restituer de la fraîcheur en été,

  • Pour atténuer le réchauffement climatique : les forêts créent les nuages, via l’évapotranspiration des arbres

  • Pour atténuer les risques dus aux coups de vent (effet amortisseur)

 

Ce massif forestier est un important poumon vert pour notre territoire et l’on doit le préserver.


Un patrimoine naturel et écologique exceptionnel


Le massif forestier de l’Hautil regorge d’espèces protégées et contient une biodiversité remarquable.

 

L’importante proportion d’espèces patrimoniales présentes sur le massif forestier de l’Hautil, montre la grande diversité des milieux de cette forêt. Cette dernière abrite une biodiversité très riche qui représente un patrimoine naturel et écologique exceptionnel.

Préserver et protéger cet espace naturel est tout à fait crucial. 


Mais aussi pour des raisons sécuritaires :


  • Le chemin, comme une grande partie de la forêt de l’Hautil, est situé sur des zones à risques d’effondrement (PPRN), zones rouge, bleu foncé, bleue

  • Sécurité incendie


Avant le début des travaux, le chemin des Picardes était déjà utilisable pour les pompiers avec un véhicule de moins de 3,5t. Il y a un réseau d’eau sous ce chemin avec des bouches accessibles. On peut donc l’améliorer si nécessaire à peu de frais.

 

Au sujet du thème évoqué très récemment par notre premier élu :  la maladie de l’encre.


C’est un champignon, qui demeurera dans le sol, qui existe en France depuis les Romains, qui n’attaque que certaines variétés de châtaigniers. Et tous les châtaigniers ne sont pas atteints en Ile-de-France.


Les scientifiques cherchent à repérer les sujets qui résistent le mieux. Des études sont en cours.


Sur ce point, L’Hautil est déjà un laboratoire in vivo …. Voir sur le Chemin du Cordon, qui sépare 2 départements et 2 types de gestion forestière. Le côté 95 (géré) va bien plus mal que celui du 78 (intouché depuis plus de 30 ans)

 

ENFIN, malgré nos demandes, nous n’avons pu consulter aucune étude phytosanitaire et aucune étude de sol.


Comments


bottom of page