top of page
  • Bien Vivre à l'Hautil

Pour réparer la biodiversité et protéger notre climat, agissons et plantons !

Les deux phénomènes, climat et biodiversité, sont liés. Les milieux verdoyants, bocagers, forestiers stockent une part importante de nos émissions de CO2 ; les forêts transpirent et suscitent les nuages, elles servent aussi de climatiseur naturel en été comme en hiver ; ces milieux naturels protègent et favorisent la biodiversité dont nous dépendons également.


Sur notre massif de l’Hautil, à l’instar de nombre d’autres endroits du monde, l’activité humaine - son habitat, les projets d’aménagements, etc. - continuent à artificialiser les sols et à détruire des zones naturelles petit à petit, ou très vite comme sur certaines communes.

Or il faut absolument inverser la tendance.


Les collectivités locales ont parfois encore du mal à s’y mettre, mais elles y viendront, quelquefois avec le support nécessaire de leurs citoyens-électeurs.


Mais nous pouvons agir facilement à l’échelle individuelle.

L’automne arrive, il est donc temps de choisir les arbres, les arbustes, que l’on va planter en novembre et de les réserver dans les pépinières. Que l’on ait un petit ou un grand jardin, on aura plaisir à choisir ses essences préférées.

Les haies devraient être préférées aux murs pour les clôtures : les haies vives et variées abritent les oiseaux, les petits animaux comme les hérissons et ravissent les sens avec leurs fragrances, leurs fleurs, leurs fruits …

Dans le jardin, voulez-vous des arbres fruitiers, pommiers, poiriers, cerisiers, pêchers ou de grands arbres comme les tilleuls, les catalpas, les merisiers, etc. Tous vous apporteront de la fraîcheur en été, de l’ombre en été, et une atmosphère paisible.


Les sols devraient ne plus être artificialisés avec du béton, bitume, et autres matériaux issus de l’industrie fossile. Ils chauffent en été, n’absorbent pas l’eau quand il pleut, coûtent cher à notre porte-monnaie et diminuent nos ressources naturelles (eau, sable, etc.).


Les sols naturels, plantés, fauchés tardivement, absorbent l’eau et la filtrent avant de rejoindre les nappes phréatiques.


Nos choix sont plus ou moins positifs selon ces critères.


A l’Hautil comme dans certaines villes alentour, des morceaux de forêt ont disparu, des espaces boisés classés ne sont pas entretenus, des grands arbres sont abattus. Il est de notre responsabilité de les entretenir, de les remplacer si nécessaire, et surtout de ne plus augmenter ces dégâts à l'avenir.

Veillons, plantons 😊

Comments


bottom of page